Le tourisme responsable

« Imaginez la différence qu’un touriste peut faire avec des petits changements tels qu’utiliser la même serviette pendant plus d’un jour, ou bien d’engager un guide local et d’acheter des produits locaux. Maintenant imaginez ces actions simples multipliées par un billion : ceci est le pouvoir d’un billion de touristes. » - Taleb Rifai (Secrétaire Général de l’Organisation Mondiale du Tourisme)

Avez-vous jamais pensé que vos actions de touristes peuvent avoir des effets négatifs sur les lieux visités ? Par exemple, des phénomènes touristiques importants peuvent dégrader l’environnement, contribuer à réduire la biodiversité naturelle, causer des phénomènes d’aliénation sociale, de standardisation ou bien d’agacer la communauté locale.

Pour prévenir ces inconvénients, il est nécessaire de changer notre mode de voyager, en adoptant une approche durable au tourisme, basée sur trois idées fondamentales, c’est-à-dire la durabilité sociale, environnementale et économique, et en faisant ressortir la possibilité d’un tourisme responsable, respectueux de l’environnement, de l’économie et des communautés locales.

Embrasser un mode de voyager durable est plus simple de ce qu’on pourrait penser : il ne s’agit pas, en effet, de dépenser plus d’argent ou de se priver de conforts, il suffit de changer son approche, de modifier quelques habitudes et de devenir plus conscients des effets que l’on cause sur l’environnement. Quelques petits changements desquels dépend non seulement la préservation de la société et de l’économie des communautés d’accueil, mais aussi le bien-être, à la fois culturel et économique, de ces communautés.

Quel que soit la raison d’un voyage, aujourd’hui le tourisme doit avoir une vision de long terme, en respectant le voyageur, le patrimoine naturel et l’environnement, et la communauté locale, afin de permettre aux visiteurs de passer des vacances émouvantes et éducatives, sans pourtant endommager les lieux. Le tourisme durable est donc très relié à notre bien-être, et à celui de la planète et des générations de l’avenir.

Etre un « bon touriste » signifie également être un voyageur responsable. En effet, selon la définition adoptée par l’assemblée de AITR (Association Italienne du Tourisme Responsable, 9 octobre 2005, Cervia), « le tourisme responsable est un tourisme qui se déroule selon les principes de la durabilité, et qui reconnaît la centralité de la communauté locale et son droit à être la protagoniste dans le développement touristique de sa région et socialement responsable de son territoire. (Cette typologie de tourisme) agit de façon de favoriser une interaction positive entre industrie du tourisme, communautés locales et voyageurs ».

Voyager de façon responsable est un objectif très important que tous les touristes, quoi qu’ils se déplacent pour plaisir ou pour affaires, peuvent contribuer à atteindre, en suivant quelques simples règles de comportement avant, pendant et après le voyage.

Par exemple : chercher beaucoup d’informations sur le pays qu’on va visiter, choisir des opérateurs touristiques, des compagnies aériennes et des hôtels qui s’engagent dans le support des communautés d’accueil et de l’environnement, s’adapter aux mœurs et aux usages des peuples locaux, respecter les règles du lieu, supporter les manifestations culturelles et l’artisanat local, abandonner les préjugés et éviter de trop montrer sa richesse et son luxe en contraste avec la teneur de vie locale, utiliser les services gérés par les gens du lieu, essayer de ne pas laisser des traces invasives de son passage, respecter les engagements avec les gens du lieu et, surtout, goûter la cuisine locale. La cuisine est en effet une partie importante de la culture d’un lieu : choisir les plats locaux et biologiques permet de profiter de produits surement plus bons, savoureux et qui respectent l’environnement, parce qu’il s’agit de produits qui n’ont pas consommé du pétrole pour arriver sur vos tables. Cela vaut également pour les souvenirs : choisir des produits artisanaux, faits sur place, sera très apprécié et aidera l’économie locale.

Il s’agit de petites actions, desquelles il est fondamental d’être conscients afin de respecter et de préserver les équilibres nécessaires à une survivance saine, durable et gagnante des acteurs protagonistes de l’expérience touristique.

Si développé de façon cohérente et avec des pratiques compatibles, le tourisme a un fort potentiel de croissance, mais il peut apporter du bien-être et de la richesse seulement s’il est durable. L’écotourisme peut contribuer à donner une solution à quelques problèmes actuels, à parti de la pauvreté jusqu’aux changements climatiques, et il a un effet positif sur la création de revenus, de places de travail et sur l’éducation.

Le tourisme durable est non seulement un outil puissant pour vaincre le chômage et le déclin économique, mais il représente également une véritable opportunité de développement pour les économies locales, de l’agriculture à l’artisanat, d’amélioration des territoires et des paysages, de récupération de lieux anciens qui risquent d’être abandonnés, d’anciens bourgs, de petits villages de montagne ou bien des régions qui ont subi un fort dépeuplement, de valorisation des traditions anciennes et précieuses et des productions et systèmes productifs authentiques et lointains des circuits intensifs, qui recèlent des milliers d’années d’histoire et de culture.

Voila pourquoi il est important que votre voyage soit durable : quelques simples choix pour rendre toutes vos vacances le plus naturelles que possible, pour voyager sur la pointe des pieds, pour découvrir de nouveaux lieux sans les détruire.

Plus d’informations sont disponibles sur les sites de l’Associazione Italiana di Turismo Responsabile, de l’UNWTO où on peut aussi trouver le Code Mondiale d’Ethique du Tourisme, de la Commission Européenne ou bien sur le site de l’International Ecotourism Society.

East Lombardy est région européenne de la gastronomie 2017